Tout sur tout !

Tout ou presque a été dit, écrit, parlé, commenté, discuté, décortiqué, analysé, traité, philosophé, argumenté et contre-argumenté, publié, déclaré, été confirmé ou démenti, expertisé, avalisé, officialisé, "rapportisé", synthétisé, ... And so what !? 

Bonne question ! On est alors en droit de se demander ce qui est vrai, ce qui est faux, ce qui nous concerne, ce qui nous est étranger, ce qui nous intéresse, ce qui nous passe au dessus de la tête, ce qui nous bouleverse, ce qui nous révolte et ce qui nous laisse de marbre... 

 

L'information est donc disponible à l'infini, elle existe et se créée sans cesse à une vitesse incroyable, les volumes de données augmentent continuellement de façon exponentielle ! Qui a le temps de lire tout cela ? Quel intérêt de multiplier ainsi l'information ? Ne faudrait-il pas mieux au contraire la centraliser, la globaliser, la standardiser, la synthétiser, la pré-digérer ? Et là, bien sûr, le risque est grand de la rendre orientée, et en faire ainsi un outil de propagande, de formatage et de conditionnement... N'est-ce pas déjà ce qui se passe d'ailleurs avec nos médias nationaux... ? 

 

Tout cela pour dire que je pense cesser de contribuer à cette débauche planétaire d'informatisation globale et systématique, d'opinions et de points de vues divers et avariés, et je me contenterai dorénavant de relayer les informations qui me paraissent essentielles et utiles. Mais toujours dans le but d'éveiller les consciences et de permettre à toutes et tous d'avoir une vision claire et sans filtres du monde qui nous entoure ! à bientôt donc, !


Règles de partage ou republication sur un autre blog :

Si vous souhaitez republier cet article, voici les règles à suivre :

- Indiquer en début d’article clairement « Par Emmanuel Peltier »

- Ne modifier ni texte ni images.

- Indiquer à nouveau la source de manière claire en bas de l’article comme suit : « Cet article a été écrit par Emmanuel Peltier, dont voici la source originale : (avec le lien complet de l’article).

Écrire commentaire

Commentaires : 0