Amour, gloire et beauté...

... mais aussi argent, amitié, pouvoir, plaisir, désir, sexe, partage, aide, entraide, bienveillance, sens, joie, humour, haine, violence, bonheur, bien-être, jeunesse, santé sont autant de leurres et de quêtes qui nous détournent de la quête Essence-Ciel et d'un véritable travail sur soi.

Ce ne sont qu'expériences et agitations en tous sens, parfois passionnées ou désespérées, mais dont aucune n'est pire ni meilleure que l'autre. Faire le "mal" ou le "bien" n'est pas le sujet non plus. Toutes ne sont que manigances, manipulations, stratégies, leurres, stratagèmes, fuites et détours, autant de moyens détournés d'arriver à notre vraie fin, savoir qui l'on est vraiment. Nous expérimentons ainsi de toutes les manières, en marchant, travaillant, méditant, priant, voyageant, discutant, échangeant, partageant, philosophant, lisant, rêvant, imaginant, mais nous réalisons, au bout du compte, que tout cela, même si cela nous procure parfois quelques réponses, est rarement réellement éclairant et véritablement satisfaisant. 

Tout cela est long et laborieux et nous conduit bien souvent à nous perdre au lieu de nous trouver. Religion, politique, spiritualité, dogmes, groupes, groupuscules et nations, clans et partis, pour ou contre, blancs ou noirs, tout n'est qu'histoire de point de vue, d'apparence, de différence, laissant place aux jugements, aux classements, aux préférences et aux choix, aux rejets et aux adhésions qui séparent et divisent. Les choix que nous faisons, rassurent en apparence, mais entretiennent en fait la peur, toujours plus grande face à des "différences" toujours plus nombreuses et des groupes toujours plus "puissants". 

Mais en cheminant ainsi, en recherchant désespérément une réponse en dehors de nous, avec pour seuls repaires nos émotions, et notre réflexion, mais aussi des influences innombrables, nous faisons erreur, nous ne cherchons pas au bon endroit, ni de la bonne manière.

C'est en nous que nous devons chercher, sans relâche. En nous et seulement en nous. L'autre n'est pas différent de nous. L'autre nous fait réagir à nos propres blocages et à nos propres blessures, mais l'autre et nous, et nous sommes lui. L'autre nous aime au point de sacrifier le lien et l'amour qui nous uni en étant le révélateur de nos blessures, touchant du doigt ce qui doit encore être guéri. Merci à lui, merci à moi. Mutuellement, nous nous faisons grandir. Nous souffrons, mais si nous cherchons les enseignements, nous apprenons et nous guérissons, petit à petit, blessure après blessure. Et petit à petit, nous nous libérons.

Ce chemin est douloureux, et les recherches factices encombrent nos esprits et nous font détourner le regard, préférant la joie à la tristesse, l'amour à la haine, la confiance à la peur... Mais les réponses ne se trouvent ni dans la joie, ni dans l'amour, ni dans la confiance. Elles se trouvent dans notre part sombre, dans ce qui nous fait réagir, ce qui est douloureux, ce qui nous révolte et nous effraie. C'est là qu'il faut chercher, gratter, creuser, toujours plus profond, dans cette partie la plus noire et la plus sombre de nous-même. Il est certes plus facile et plus plaisant de s'illusionner dans l'amour, la joie et la bonne humeur, dans le plaisir et la détente, mais cela n'est que perte de temps et superficialité. Pourquoi pas, de temps en temps, se laisser aller à un peu de légèreté, pour se reposer et se ressourcer, pour se donner la force de continuer, mais pas pour s'y complaire, s'y établir, ni en faire notre raison d'être. Là ne siège aucune réponse, là demeure l'illusion et la part de nous-même qui est déjà guérie, mais pas celle qui reste à guérir et à transcender... Nul ne devient qui il est en restant à la recherche de plaisirs simples et futiles. Non, les réponses sont ailleurs, et vous savez maintenant où aller les chercher.

 

PS: Tout cela n'engage que moi et je ne prétends détenir aucune Vérité Absolue (dont je doute qu'elle existe) et je ne cherche pas non plus à convaincre quiconque. 

  

 

Règles de partage ou republication sur un autre blog :

Si vous souhaitez republier cet article, voici les règles à suivre :

- Indiquer en début d’article clairement « Par Emmanuel Peltier »

- Ne modifier ni texte ni images.

 

- Indiquer à nouveau la source de manière claire en bas de l’article comme suit : « Cet article a été écrit par Emmanuel Peltier, dont voici la source originale : (avec le lien complet de l’article).

Écrire commentaire

Commentaires : 0